Print

Pour diffusion immédiate                                                                          Le 3 décembre 2015

 

Il faut obtenir plus de renseignements pour évaluer l’incidence des choix de la révision stratégique des programmes

 

Le rapport « Des choix » récemment publié dans le cadre de la révision stratégique des programmes du Nouveau‑Brunswick ne contient pas certains renseignements cruciaux afin que les Néo‑Brunswickois(es) puissent en déterminer les véritables répercussions sur la société.    Le discours du Trône prononcé cette semaine déclare : « Ces idées ont fait l’objet d’une analyse pour déterminer leurs répercussions financières et économiques, ainsi que leur incidence tant sur les hommes que sur les femmes, sur les droits des enfants et sur les politiques générales d’intérêt public. »

 

« Quoique les répercussions sur les finances du gouvernement aient été rendues publiques, aucune autre répercussion n’a été partagée avec les Néo‑Brunswickois(es). Comment faire des choix éclairés sans ces informations? » s’interroge le président de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Nouveau‑Brunswick (FTTNB), Patrick Colford. « Nous devons mieux saisir les effets cumulatifs des compressions effectuées dans les programmes et les services ainsi que des augmentations des taxes et des frais. Qui en bénéficiera et qui en souffrira? »

 

De nombreuses recommandations formulées lors de la révision stratégique des programmes ne figurent pas dans le rapport final. Les répercussions découlant de ces idées ont-elles été évaluées? Dans ce cas, ces informations devraient être partagées avec les Néo‑Brunswickois(es) avant de faire des choix définitifs. Par exemple, la FTTNB a recommandé d’augmenter le taux d’imposition des sociétés au même taux que celui de l’Î.‑P.‑É. et de la Nouvelle‑Écosse, soit 16 %, ce qui aurait pour effet de générer des recettes supplémentaires s’élevant à 60 millions de dollars. La FTTNB a également recommandé de mettre sur pied une assurance automobile publique. Selon un comité du gouvernement composé de toutes les parties de 2004, l’assurance automobile publique générerait des recettes supplémentaires se chiffrant à 275 millions de dollars dans sa deuxième année d’exploitation. Pourquoi ces suggestions n’ont-elles pas été retenues? Quelle aurait été leur incidence sur l’économie, les hommes et les femmes, les enfants, etc.?

 

Le rapport « Des choix » de la révision stratégique des programmes englobe de nombreuses possibilités de compressions dans les services publics ainsi que la perte d’un grand nombre d’emplois bien rémunérés. Cependant, des recherches démontrent que le rendement sur l’investissement gouvernemental le plus élevé, mesuré à la fois en fonction des augmentations du PIB et de création d’emplois, est l’investissement dans les services de garde à l’enfance, les soins de santé, les services sociaux, l’infrastructure publique et l’éducation.

 

« Je crains que les compressions effectuées dans les programmes et les services ainsi que les augmentations des taxes et des frais aient des répercussions sur les plus vulnérables de la société de façon disproportionnée et ne fassent qu’accroître le grand écart entre les riches et le reste de la population. Il incombe au gouvernement d’assurer que la croissance économique avantage tous les segments de la société et contribue à une meilleure équité et égalité. », conclut M. Colford.

 

– 30 –

 

La Fédération des travailleurs et travailleuses du Nouveau‑Brunswick est la plus importante centrale syndicale au Nouveau‑Brunswick, représentant 40 000 membres des syndicats des secteurs public et privé.

Patrick Colford, président de la FTTNB

(506) 857-2125 / (506) 381-8969 (cellulaire)